Une miss dans son univers

12, Cynthia r 2L’engouement pour l’effort bienfaiteur et la bonne forme physique a fait son apparition en France à la fin des années 1970 avec l’aérobic, une gymnastique qui stimule l’activité cardiovasculaire et oxygène le corps par des mouvements rapides sur une musique à rythme soutenu. En 1980, elle eut son heure de gloire avec Véronique et Davina, animatrices d’une émission télévisée dominicale baptisée Gym Tonic. Cynthia Paul est allée au-delà des bienfaits attendus, expression corporelle et muscles toniques. L’athlète de haut niveau est championne de France Body-Fitness et elle a participé à Miss Univers dans sa catégorie.

En 2005, Cynthia Paul est une jeune femme dynamique et entreprenante de 25 ans. Après Clément, son fils aîné, elle donne naissance à Marie-Amélie. Esthéticienne, elle officie dans son propre institut de beauté, « Cynthia », basé depuis 2004 à Chamiers, près de Périgueux (Dordogne). Elle mène une vie tranquille partagée entre son travail et sa famille ancrée à Coursac, son village natal. Tout va pour le mieux même si, à cette époque, Cynthia se tracasse d’un surpoids consécutif à sa dernière grossesse. Elle en parle à Jérôme, son mari, ancien coureur cycliste de l’élite nationale, resté un sportif accompli. En 2007, il l’invite à venir avec lui dans une salle de sport à Périgueux où il préserve sa bonne forme physique en faisant de la musculation. Cynthia, franchit le pas. Elle découvre avec Jérôme le monde de l’effort en salle. D’un esprit curieux, elle se documente à travers des magazines spécialisés et s’arrête sur une photo montrant la plastique exceptionnelle d’une athlète professionnelle. C’est la révélation : C’est à ça que je veux arriver, se dit-elle. Je veux avoir un physique aussi affûté que le sien. Cynthia, forte de son tempérament guerrier, met alors tout en œuvre pour y arriver. Sa vie va changer.

Cynthia au travail

Cynthia au travail

Cynthia dans son salon d'esthétique

Cynthia dans son salon d’esthétique

2, _DSC5765 rs [800x600]

3, _DSC5758 rs [800x600]

Licenciée à l’Association Française de Bodybuilding et de Fitness (AFBBF), sous l’égide de l’International Fédération de Bodybuilding (IFBB), elle participe à des compétions de sa fédération, mais aussi à des grands prix de gala d’ordre privé, aussi bien en France qu’à l’étranger. Les catégories se distinguent par le poids, la grandeur et l’âge.

La jeune coursacoise loue les services d’un coach à distance qui lui donne un plan de travail et une discipline alimentaire à suivre. Cela lui demande une organisation sans faille. Le matin, au lever, elle s’oblige à une séance d’abdos avant le petit déjeuner. Entre midi et deux, elle va à la salle pour se muscler. Les mercredis, aussi bien le matin qu’à midi, place au cardio, c’est-à-dire des fractionnés comprenant des efforts violents alternés avec des moments de récupération, notamment du souffle. Le soir, elle s’occupe de ses enfants comme toutes les mamans.

Le travail en salle

Le travail en salle

6, _DSC5958 rs [800x600]

C’est un sport complet, explique Cynthia. Je pratique aussi la course à pied en complément au stade du Club Olympique de Coulounieix-Chamiers (le COCC). J’ai appris à manger. Je mange moins, mais plus souvent. Lorsque je ne suis pas en compétition j’ai un repas plaisir par semaine que je prends en famille, parfois au restaurant, le week-end. Je privilégie le végétal, autrement le poisson a ma préférence. Mais, je ne fais pas d’abus, sinon, je ne me sens pas bien. Je suis propre à l’année », dit-elle, en évoquant les toxines. Lorsqu’elle prépare une compétition, elle ne fait aucun écart. Le régime devient drastique.7, _DSC5918 rs [800x600]

8, _DSC6046 rs [800x600]

9, _DSC6030 Rs [800x600]

 10, _DSC6024 rs [800x600]

11, _DSC6009 rs [800x600]

Cynthia a commencé en catégorie Bikini puis elle a continué en Fitness avant d’évoluer en Body Fitness*. À chaque fois, elle doit passer avec succès la sélection physique pour accéder à la finale, une épreuve de quelques minutes seulement. Il y a des heures et des heures de travail pour cinq minutes de présentation sur un seul passage. En effet, le corps se prépare longtemps à l’avance (jusqu’ à quatre mois environ) et doit être prêt pour le jour J et l’heure H. Juste avant d’entrer en scène, les athlètes l’échauffent en coulisse après l’avoir préalablement enduit de Tan* pour rendre le muscle plus saillant et plus beau encore. Lors de la présentation en finale, la qualité, la densité et le dessin des muscles sont jugés, ainsi que la symétrie du corps en Y. Cette dernière part de la largeur des épaules, en descendant à la taille. Les participantes sont vues de face, de dos et des deux profils. En Fitness et en Body Fitness, les athlètes sont moins musclées qu’en Bodybuilding. Pour le Fitness, la présentation s’accompagne d’une chorégraphie.

début en catégorie Bikini à Saint-Etienne

début en catégorie Bikini à Saint-Etienne

Cerise sur le gâteau, Cynthia a été sélectionnée en équipe de France. Je conseille ce sport à toutes et à tous, de tout âge, uniquement pour le plaisir, sans les compétitions qui demandent beaucoup, jusqu’à l’isolement. Il apporte une bonne hygiène de vie pour les femmes qui veulent mincir. Pour Cynthia c’est bien plus qu’une question de mode. La jeune responsable d’entreprise est bien dans sa tête, très fière de son corps qu’elle travaille à l’eau claire, (avec ses seuls moyens physiques) et elle se sent tout à fait féminine.  Je pratique ce sport pour me faire du bien, pas du mal. J’irai jusqu’où mes capacités me le permettront, naturellement. Il y a des tricheurs dans tous les sports. Il est vrai que le mien a eu une mauvaise image à cause du dopage. Mais aujourd’hui, dans cette discipline comme dans d’autres, bien des choses évoluent. » Cynthia est la seule dans le département à être allée si loin dans la démarche.

Vice-championne de France Fitness IFBB (Langogne en Lozère)

Vice-championne de France Fitness IFBB (Langogne en Lozère)

3ème au championnat du monde à Chypre

3ème au championnat du monde à Chypre

 

                                                                         La pratique

En Dordogne, il existe 36 salles de remise en forme et de musculation. 60 % des adhérents sont des femmes. Pour pratiquer, il faut compter en moyenne une trentaine d’euros d’abonnement par mois. Mais, les prix varient selon les salles et les abonnements sur trois, six, neuf, douze, trente quatre et trente six mois pour certaines. Plus l’abonnement est long dans la durée, plus les prix sont attractifs. Des clubs proposent des prix de couple plus attrayants. Il faut compter aussi (pas pour tous les clubs), les frais (définitifs), d’un badge électronique d’une dizaine d’euros pour le pointage et des frais de dossier d’administration d’une vingtaine d’euros minimum. Le meilleur des conseils à donner, est de visiter plusieurs clubs avant de prendre sa décision.

La séance de musculation peut se faire avec des charges libres (barres ou haltères), mais aussi avec des machines. Quoi qu’il en soit, le principe repose sur le concept de mouvement et d’opposition pour faire travailler un muscle ou un groupe de muscles contre une résistance tout en contrôlant précisément son geste. L’entraînement varie en temps de repos, en charge et en nombre de répétitions, selon le but recherché.

Les sportives expérimentées évitent généralement de travailler trop souvent un même groupe musculaire, afin de laisser aux tissus le temps de récupérer. Les possibilités sont multiples, générant des sensations musculaires variées et stimulant à l’infini la masse musculaire. Cela est gage d’un développement rapide et harmonieux de la morphologie. Un entraînement intensif et trop dur peut devenir totalement improductif et avoir un effet contraire.

Les culturistes ont besoin d’un régime alimentaire extrêmement spécialisé. Leur alimentation se prend sur cinq à sept repas de même valeur nutritive par jour et à intervalles réguliers de deux à trois heures. Quels que soient les objectifs de la pratiquante (grossir ou maigrir), l’alimentation saine et équilibrée reste fondamentale. Le régime alimentaire est ensuite adapté aux objectifs.

Lors des compétitions, l’athlète doit présenter le meilleur physique possible, en termes de définition musculaire, de galbe et d’ensemble général séduisant. Pour cela, elle passe par trois phases préparatoires au concours : la prise de force, dont le but n’est pas de soulever impérativement le plus lourd possible ; la prise de masse qui consiste à prendre le plus de muscle possible, phase la plus simple car l’athlète peut manger comme elle l’entend ; et enfin la phase de « séchage », durant laquelle les participantes doivent perdre la graisse recouvrant leurs muscles, ainsi que l’eau sous-cutanée qui l’accompagne. Cette dernière s’avère la plus éprouvante des trois.

Il faut au culturiste un repos de qualité, élément clé de l’entraînement, à raison de huit heures de sommeil par nuit minimum. Sans cela, le corps n’a pas le temps de récupérer et de retrouver son potentiel.

Pour le Fitness, la présentation s'accompagne d'une chorégraphie

Pour le Fitness, la présentation s’accompagne d’une chorégraphie

                                                                Un peu d’histoire

Le culturisme (Bodybuilding de Body, corps, et building, en construction) est un sport qui consiste principalement à développer sa masse musculaire dans un but esthétique. Depuis la fin du XIX° siècle, les culturistes exposent leur musculature lors de compétitions où ils sont notés et primés. Les femmes ont commencé à prendre part à des compétitions distinctes, en Europe, au début des années 1980. Aux États-Unis, ce sport très reconnu compte bien plus d’adeptes que sur le vieux continent. Dans les années 1970, Arnold Schwarzenegger a été le champion incontestable de la discipline et, aujourd’hui encore, il reste une référence.

Fondée en 1946 par les frères Ben et Joe Weider, à Montréal (Canada), sous un premier nom de  »Fédération internationale des culturistes », la Fédération internationale de la musculation et de remise en forme (IFBB and Fitness) est basée à Madrid. Elle organise chaque année plus de 2500 compétitions dans le monde pour tous les niveaux.

Le Fitness est un ensemble d’exercices physiques visant le développement des muscles squelettiques afin d’acquérir plus de force athlétique, d’endurance ou de volume musculaire. L’activité de musculation est à la base de la pratique du culturisme, mais aussi de beaucoup d’autres sports. La musculation douce fait partie de nombreuses méthodes d’amélioration de la condition physique (Fitness, gymnastique).

En France, cette jeune discipline sportive est actuellement en pleine mutation. Les groupements ou clubs de musculation et de culturisme sont pléthores et non reconnus par le ministère Jeunesse et Sport, donc ne bénéficiant d’aucun contrôle anti-dopage.

La Fédération Française d’Haltérophilie, Musculation, Force Athlétique et Culturisme (F.F.H.M.F.A.C) a été fondée le 17 décembre 2000. Elle est la seule à avoir l’agrément ministériel et la reconnaissance suprême de l’État qui permet le contrôle quasi-total de la discipline. Le 28 juin 2015, lors de leur assemblée générale extraordinaire, l’haltérophilie, discipline olympique, a dû s’adapter afin de respecter les statuts de sa fédération internationale.

Elle s’est inscrite, le 1er septembre 2015, dans une nouvelle fédération appelée Fédération Française d’ Haltérophilie et de Musculation, (F.F.H.M), qui compte dans ses rangs 16 107 femmes (pour 32 812 hommes). Elle est la seule à avoir l’agrément ministériel. La Force Athlétique s’est réorganisée en Fédération Française de Force (FFFORCE). Quant au culturisme, il s’est divisé en deux associations : l’Association Française de Body Building Naturel (A.F.B.B.N) et l’Association Française de Culturisme Naturel (A.F.C.N). Depuis septembre 2015, une troisième association s’est créé dans le but de rassembler tout le monde, sous l’appellation de l’Association Française de Culture Physique et de Culturisme Naturel (A.F.C.P.C.N.). L’objectif est partiellement atteint puisque l’Association Française de Culturisme Naturel en fait partie. Cette toute dernière association est affiliée à l’Union Internationale de Body Building Naturel (U.I.B.B.N), seule fédération internationale contrôlée anti-dopage et reconnue par le ministère.

« l’Association Française de Culture Physique et de Culturisme Naturel (A.F.C.P.C.N), est en passe, explique son président Guillaume Greslebin, d’obtenir l’agrément ministériel, situation idéale pour la délégation ministérielle souhaitée, lors de leurs attributions prévues début 2017. Ce jour-là, notre association se transformera officiellement en fédération française, avec pour objectif de rassembler tous les mouvements culturistes et de faire fermer ceux qui ne souhaitent pas être contrôlés anti-dopages car nous serons alors dans une mission de service public et de sport santé. Nous comptons actuellement 150 clubs avec 2 000 licenciés et nous disposons d’un potentiel de croissance très fort. Au regard de la pratique dispersée actuellement, l’on peut penser dans un proche avenir à des centaines de clubs et des milliers de licenciés.»

Le palmarès de Cynthia Paul

2015, Sélectionnée en équipe de France

2015, Championne de France Body-Fitness IFBB

2013, 1ère Open de Saint Prix (Val d’Oise)

2013, 1ère Grand prix de Lyon,

2013, 5ème Miss Fitness Univers

2013, 3ème du championnat du monde Fitness Nac (Chypre)

2012, 1ère au Grand Prix Pyrénées (Villeneuve d’Olmes),

2012, Vice-Championne de France Fitness IFBB (Langogne en Lozère)

*Tan : substance existant dans divers produits végétaux (écorce séchée de chênes ou de châtaigniers), donnant à la peau une couleur de bronze ou de cuir.

*Il existe quatre catégories pour les filles. Elles se différencient par la masse musculaire à développer. La première est le Bikini ; l’athlète doit présenter un corps tonique et galbé sans hypertrophie musculaire et sans définition musculaire trop marquée. La seconde est le Body Fitness ou la masse musculaire est supérieure au Bikini et inférieure à la troisième catégorie qu’est le Fitness. Le Bodybuilding, appelé depuis cette année « Women’s Physique » est la quatrième et dernière catégorie où la masse musculaire atteint son apogée.

Texte et photos

Bernard Chubilleau

Le 22 février 2016