Roseline Berguin , la voix

Hommage à Boris Vian

Boris Vian, né le 10 mars 1920 à Ville d’Avray aurait eu cent ans cette année.Boris-Vian

Avec une trompette offerte par son père, il devient le « Prince de Saint-Germain-des-prés » en animant plusieurs caves parisiennes dont « Le Tabou », mais pas seulement. Il est aussi un auteur aux nombreux noms de plumes, ayant utilisé une trentaine de pseudonymes pour signer ses articles et ses livres, un poète auteur, compositeur, interprète de chansons à succès et un véritable directeur artistique. Boris Vian nous a quitté en 1959, à la suite d’une crise cardiaque lors de la projection de « J’irai cracher sur vos tombe » un film issu d’un de ses romans éponyme. Sa vie reste marquée par la richesse et la diversité de son œuvre, parfois au parfum de scandale.

Roseline Berguin chante Boris Vian rs r

Pour fêter cette année anniversaire, la bibliothèque du CE SNCF de Périgueux a organisé le 27 septembre une rencontre jazzy autour de ses textes et d’une exposition. La chanteuse, Roselyne Berguin bien connue de la scène périgourdine a, par sa voix et son jeu de scène, animé avec maestria l’hommage fait au créateur. Passionnée de musique depuis son adolescence Roselyne à 17 ans, s’est formée à la Manufacture de la chanson (anciennement l’Atelier Chanson de Paris, A.C.P), sous l’égide de Christian Dente et elle a participé à plusieurs comédies musicales dans la capitale. En Dordogne, elle professe le chant à Antonne.

DSC_1199 rs r

 

 

« J’ai découvert Boris Vian à mes débuts et je suis toujours fascinée par la modernité de son œuvre et par la richesse de son écriture. C’est un bonheur de le chanter ! » Ce soir-là, des spectateurs y compris Marie-Line Hugonie la responsable de la Bibliothèque, ont pu avec plaisir lire les textes de Boris Vian lors de cette rencontre enchantée.

 

DSC_1141 rs r

Légende photo : Roselyne Berguin spécialiste de la chanson française chante aussi le jazz, le gospel et le rock. Elle a été choriste de Jean-Pau Verdier le grand chanteur occitan récemment disparu et un efficace agent artistique. C’est dire, si elle connaît la chanson.

Texte et photo : Bernard Chubilleau

Le 3 octobre 2020