Le Train spécial, une stratégie de communication séduisante

Entreprises, fédérations, associations et autres organisations d’envergure, qu’elles soient sportives, culturelles ou caritatives, elles utilisent régulièrement un train à leur image, pour sillonner la France et se rapprocher de leur public. Sur le front de la communication, à l’exemple du TGV « Pièces jaunes », qui depuis une douzaine d’années récolte toujours plus de pièces jaunes cuivrées et bicolores pour la Fondation Hôpitaux de Paris-Hôpitaux de France, les trains spéciaux ont le vent en poupe. Ils sont affrétés ponctuellement à l’occasion d’un événement, tel le Train du Rugby, annonciateur en 2006 de la Coupe du Monde organisée par la France en 2007, qui a rencontré un brillant succès à travers tout l’hexagone. Refusant la défaite, ils ont rejoint le général de Gaulle pour poursuivre le combat. Ils se sont battus sur terre, sur mer, dans les airs, sur tous les fronts et sous toutes les latitudes, jusqu’à la victoire. On les appelait les Français libres. En 2004, dans le cadre du 60ième anniversaire des débarquements et de la libération, la Fondation de la France Libre a mis sur les rails, avec le soutien des Gueules cassées, Le Train de la France Libre ; train-expo qui a fait son tour de France en 16 étapes, parcouru près de 5000 km et rencontré des milliers de visiteurs.

le train de la france

Cinq voitures composaient cette exposition événement à savoir : V1, Le refus de la défaite, V2, La France poursuit le combat, V3, Les français libres dans toutes les batailles, V4, A la reconquête de la Patrie, V5, La libération, les dernières batailles des FFL. Un fil conducteur guidait le visiteur, mettant en parallèle la force combattante, l’action et les décisions fondamentales du Général de Gaulle, chef de la France Libre et les grandes étapes de l’épopée des Français Libres, à grand renfort d’extraits de films, photos, documents sonores, mises en perspectives, cartes et objets symboliques. L’exposition conçue pour tous les publics, a accueilli dans chaque ville étape des personnalités, des grands témoins et des historiens qui ont apporté leurs témoignages lors de conférences ouvertes à tous. Au long des cinq voitures l’on découvre des portraits inédits aux noms souvent inconnus, la 1ière DFL, la colonne Leclerc, la 2ième DB, les groupes des escadrilles, les parachutistes SAS etc… Mais qui sont les ‘’Gueules Cassées ? C’est une association d’Utilité Publique aux missions multiples, créée en 1921 par trois grands blessés de la face, afin d’aider matériellement et moralement leurs camarades blessés et souvent défigurés.

Un Train nommé saveur

Foie gras gelé, anchaud, coup d’oie farci aux pistaches, tartine de chateney à la compotée de fruits exotiques et aux magrets fumés, cabécou, trappe d’Echourgnac et gâteau aux noix, cela pourrait être la carte d’un réveillon de Noël. Non ! C’est le menu savamment préparé par l’Ecole Supérieure Internationale de Management en Hôtellerie et Restauration, de Savignac (Dordogne) et proposé le 17 novembre 2006 aux 200 passagers du Train des Saveurs. En effet, à l’occasion de la 9ième édition du Salon du livre Gourmand, la mairie de Périgueux a affrété en 2006 un train spécial, le corail 25 417, chargé de relier Paris-Austerlitz à la capitale périgourdine.

le train de la france2

En novembre, Le Livre Gourmand dresse sa table à Périgueux depuis 1990. Cette biennale acquière à chaque édition une reconnaissance grandissante, car on est loin, très loin du livre de recettes offert à la jeune mariée pour l’aider à vivre son nouveau statut de femme au foyer. En effet, le livre culinaire d’aujourd’hui ne ressemble en rien à celui des années 60 ou 80. Phénomène social : le livre de cuisine fait partie aujourd’hui de l’éventail des achats culturels au même titre qu’un CD ou un DVD. 800 titres nouveaux sont proposés chaques années à des amateurs de plus en plus diversifiés. Durant trois jours, l’Odyssée (théâtre de Périgueux) connaît une fréquentation d’environ 18 000 visiteurs venus partager le goût et les saveurs, avec les maîtres des arts de la table. Les 17 élèves de la célèbre école hôtelière périgourdine, présents dans le train, ont fait feux de tous bois, des cuisines au service, toujours à l’écoute des 180 auteurs, éditeurs, journalistes, attachés de presse, des convives séduits par ce voyage gastronomique.

Laisser un commentaire